> Polémique : les marchands de listes dans le collimateur
Retour   Imprimer Envoyer Partager :

Polémique : les marchands de listes dans le collimateur

photo

Depuis le 11 octobre dernier, les marchands de listes sont l'objet de contrôles accrus suite à une nouvelle polémique les concernant, initiée par la Confédération étudiante. Les critiques qui concernent principalement leurs méthodes, ont été entendues par le Hervé Novelli qui s'est saisi du dossier.

 

Qu'est-ce qu'un marchand de listes ?



Les marchands de listes sont des intermédiaires dans le domaine de l'immobilier. Ils mettent en relation les propriétaires particuliers et les personnes cherchant à louer un bien. Ils fournissent aux demandeurs des listes de biens mis à la location, pour lesquels ils ont reçu un mandat.

C'est ensuite aux futurs locataires de faire les démarches auprès des propriétaires bailleurs, en les contactant pour trouver le bien qui leur convient.

Contrairement aux agents immobiliers classiques, les vendeurs de listes n'interviennent pas dans la transaction. Ils se contentent seulement de mettre à disposition des listes d'annonces.

De plus, les marchands de listes n'ont aucune obligation de résultat. C'est-à-dire qu'ils ne sont pas tenus de trouver un logement à leurs clients, ils doivent au plus tout mettre en œuvre pour que le locataire trouve un bien.

Astuce : Ceux qui désirent faire appel à un marchand de listes doivent refuser de payer avant la signature du contrat et la remise de la liste, avoir la possibilité de donner des critères très précis, et refuser que le marchand de liste n'aient à fournir qu'un nombre d'annonces restreint sur une longue durée.

2004 : un premier cadre



Suite à de nombreuses polémiques et critiques visant les méthodes de ces marchands de listes, une première réforme est venue encadrer quelque peu ces professionnels le 3 juillet 2004.

Depuis lors, les vendeurs de listes ne peuvent plus exiger de paiement avant d'avoir fourni une liste et d'avoir signé une convention avec leurs clients.

2010 : la polémique fait à nouveau rage



C'est loin d'être la première fois que les marchands de listes sont pointés du doigts pour leurs pratiques et leurs méthodes.

Fin septembre 2010, ce sont les étudiants qui sont partis en guerre contre ces professionnels. Des actions ont été menées par la Confédération étudiante pour dénoncer des abus. Plusieurs dizaines d'étudiants ont occupé des officines à Paris et en région parisienne, pour dénoncer des méthodes qu'ils estimes abusives et interpeller les pouvoirs publics.

La Confédération étudiante dénonce le fait que le client ne peut pas vérifier l'existence du bien et le fait qu'il soit bien vacant avant d'avoir payé la liste. Les étudiants ont en outre rassemblé des témoignages tendant à prouver que dans de nombreux cas, les listes de biens n'étaient pas mises à jour. Le résultat étant que ces clients ont payé une liste de biens (entre 150 et 450 €) déjà occupés, et n'ont donc pas trouvé de logement.

Les critiques émises par les étudiants ont été entendues par Hervé Novelli, Secrétaire d'État chargé du commerce, de l'artisanat, des PME, du tourisme, des services et de la consommation.

Il a mis en place le 11 octobre dernier une surveillance particulière des marchands de listes. L'objectif est d'éviter les abus dénoncés par la Confédération étudiante. Des enquêteurs vont désormais contrôler ces intermédiaires en s'assurant que :

  • aucun paiement n'est exigé avant la signature du contrat et la remise de la liste,
  • les biens figurant sur la liste sont bien disponibles,
  • les caractéristiques figurant sur l'annonce correspondent au bien.

Crédit immobilier : © Andrey Armyagov - Fotolia.com

Perrine Roux - Je gère mon immobilier
Publié le 21/10/2010 à 00:00

Haut de page   Imprimer Envoyer Partager :

L'information immobilière
RSS