> Marché immobilier : la conjoncture de début 2012
Retour   Imprimer Envoyer Partager :

Marché immobilier : la conjoncture de début 2012

Les indicateurs à la baisse selon les notaires

photo
© Andy Dean - Fotolia.com

Situation à la baisse pour les ventes dans le neuf et l'ancien, les prix et les crédits immobiliers, sont les caractéristiques actuelles du marché immobilier français. Les notaires estiment que la situation ne devraient pas s'améliorer dans les mois à venir, mais le nouveau Gouvernement aura un impact important sur cette évolution.

 

L'ancien : record puis chute


La note de conjoncture des notaires fait état d'une année 2011 record. En effet, le volume des ventes atteint 858 200 sur l'année, le précédant record étant de 837 000 en 2006. Cette activité soutenue s'est maintenue au quatrième trimestre 2011, encouragée par la réforme de l'imposition sur les plus-values immobilières.

Depuis début 2012, la situation semble se tasser, avec une hausse plus modérée sur l'ensemble de la France. Toutefois, certaines régions ont déjà amorcé un virage à la baisse, comme en Île-de-France, qui a vu ses ventes chuter de 14 % en février. La province quant à elle commence visiblement à suivre le même chemin.

Côté prix, les disparités régionales sont fortes. Sur un an, la hausse est plutôt modérée en province avec plus 2,7 % pour les appartements et plus 1,3 % pour les maisons. L'Île-de-France fait toujours figure d'exception en la matière, avec des prix qui continuent à grimper : plus 10,6 % pour les appartements et plus 5,7 % pour les maisons. Toutefois, l'évolution constatée sur les trois derniers mois est à la baisse, avec en moyenne moins 0,4 % pour les appartements et moins 1,3 % pour les maisons.

Les notaires estiment ainsi que le ralentissement de la hausse des prix amorcé au troisième trimestre 2011 continue et va encore continuer. Une analyse confirmée par les éléments des avants-contrats.

Le neuf toujours à la baisse


En février 2012, les notaires ont observé une forte baisse des ventes de logements neufs, qui atteint les moins 12 %. Une situation encore plus marquée dans l'Ouest de la France et plus particulièrement dans le Pays de Loire, où la baisse est de moins 26 %. Sur l'année 2011, les ventes ont chuté en moyenne de 10,5 %.

Côté prix, une certaine stabilité est observée, puisque la hausse dans le collectif est à 2,8 % avec 3,731 €/m² et de plus 2,2 % pour les maisons. Toutefois, six régions enregistrent des prix à la baisses, le Poitou-Charente en tête avec moins 21,8 %.

Moins de crédits immobiliers
À cette situation s'ajoute la diminution du nombre de crédits immobiliers. Depuis début 2012, les notaires ont enregistré moins 32 % de crédits. La Banque de France a quant à elle noté une baisse de 40 % des demandes en janvier et février 2012.

Ce phénomène s'explique non seulement par l'attentisme préélectoral, mais aussi par l'anticipation des réductions des aides et par le durcissement des conditions des prêts.

Quelles perspectives


Les notaires ne pensent pas que la situation actuelle soit un simple trou d'air du marché. Ils y voient plutôt un nouveau cycle, qui devrait perdurer. Autrement dit, ils estiment que ces baisses vont perdurer. Toutefois, le niveau de ces baisses sera conditionné par les futures conditions du marché, c'est-à-dire par les décisions du nouveau Gouvernement.

Pour en savoir plus :
Notaires de France 

Perrine Roux - Je gère mon immobilier
Publié le 24/05/2012 à 00:00

Haut de page   Imprimer Envoyer Partager :

L'information immobilière
RSS