> Investissement locatif : les demandes de crédits en baisse
Retour   Imprimer Envoyer Partager :

Investissement locatif : les demandes de crédits en baisse

Chute de l'investissement locatif en 2013

photo
© sborisov - Fotolia.com

Le courtier Meilleurtaux a diffusé les résultats de son Observatoire du crédit immobilier. Après plusieurs mois de baisse, les taux auraient tendance à se stabiliser pour le semestre à venir. De plus, même si la situation du marché a été moins catastrophique en 2013 qu'annoncé, le secteur de l'immobilier locatif semble avoir été plus touché par la crise.

 

Stabilisation des taux


Depuis 2012, les taux de crédits immobiliers sont en baisse, avec des taux historiquement bas enregistrés en 2013. Le courtier Meilleurtaux estime toutefois que cette situation ne devrait pas perdurer en 2014. Selon ses experts, les six premiers mois devraient être placés sous le signe de la stagnation des taux.

À plus long terme, Meilleurtaux prévoit une nouvelle hausse. En cause, la hausse prévisible des taux de l'OAT à partir du second semestre. Une tendance qui devrait encore être renforcée par la réforme de l'assurance emprunteur. En effet, celle-ci permet aux emprunteurs de renégocier leur contrat dans l'année qui suit sa signature. Pour les banques, cela signifie une baisse de leurs marges. Elles devraient donc la compenser en augmentant les taux des crédits.

Baisse de l'investissement locatif


Au regard de son activité 2013, Meilleurtaux note une tendance nette : la demande de crédit immobilier pour financer des investissements locatifs est en baisse. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Moins 27 % de demandes en 2013 par rapport à 2012 et moins 46 % pour rapport à 2011. Et pourtant, cette année des taux de crédit très bas ont été enregistrés. Cette tendance est d'ailleurs plus marquée dans le neuf que dans l'ancien, les investisseurs locatifs sont 16 % à choisir le neuf, contre 40 % en 2011.

En analysant sa propre activité, le courtier enregistre une baisse constante de la part du locatif, qui représentait 14,5 % en 2011, puis 12 % en 2012 et enfin 9,8 % en 2013. Selon Meilleurtaux, les causes sont multiples, à commencer par les nombreuses réformes conduisant à une instabilité fiscale et législative, les investisseurs choisissant dès lors l'attentisme. De plus, les banques sont aujourd'hui plus frileuses à prêter aux investisseurs locatifs, qu'aux futurs propriétaires occupants. Elles imposent ainsi des critères de prêts plus stricts et des taux légèrement plus élevés (plus 0,10 % en moyenne).

Pour en savoir plus :

Meilleurtaux

Perrine Roux - Je gère mon immobilier
Publié le 30/01/2014 à 16:00

Haut de page   Imprimer Envoyer Partager :

L'information immobilière
RSS