> Taxe d'habitation : les villes moins riches payent plus
Retour   Imprimer Envoyer Partager :

Taxe d'habitation : les villes moins riches payent plus

Forte différence des taux d'une ville à l'autre

Du simple à plus du double. Telle est la variation du taux d'imposition de la taxe d'habitation entre les communes de France. De plus, ces disparités sont corrélées avec la richesse de la ville.

 

Une enquête sur toute la France


La Confédération générale du logement a mené une étude sur la taxe d'habitation, dans tous les départements de France. Elle est même allée plus loin en analysant les taux de 36 000 de l'Hexagone. L'analyse est claire, il y a de fortes disparités entre départements, mais aussi et surtout entre communes.

Ainsi, le taux peut passer du simple à plus du double, plus précisément de 12,70 % à 28,71 %. Les taux les plus bas sont enregistrés à Paris et en Lozère et les plus élevés en Côtes d'Armor et dans le Nord.

Communes pauvres vs communes riches


Pour aller plus loin, la Confédération générale du logement s'est intéressée à d'autres éléments, afin de corréler ces taux avec des caractéristiques de la communes. Elle a ainsi analysé les ressources de la commune : PIB par habitant, nombre de ménages imposés sur le revenu, nombre de logements sociaux.
Le résultat est sans appel, moins la ville est aisée, plus la taxe d'habitation est élevée. Pour la Confédération, cela ne fait que creuser encore les inégalités entre les ménages.

Elle rappelle ainsi que qui plus est la taxe d'habitation est basée sur des valeurs locatives restées inchangées depuis 1970. La confédération suggère enfin qu'elle soit remplacée par un impôt local tenant compte du niveau de ressources de l'imposable. Le Comité des finances locales étudie la question de la taxe d'habitation depuis l'hiver dernier.

Pour en savoir plus :

Confédération générale du logement

 

Perrine Roux - Je gère mon immobilier
Publié le 17/07/2014 à 17:40

Haut de page   Imprimer Envoyer Partager :

L'information immobilière
RSS