> Seul le détecteur de monoxyde de carbone donne l'alerte
Retour   Imprimer Envoyer Partager :

Seul le détecteur de monoxyde de carbone donne l'alerte

Gaëlle Alloin, directrice marketing Europe Kidde

photo

Les empoisonnements au monoxyde de carbone sont nombreux chaque hiver. Pour les éviter, quelques gestes simples doivent être appliqués et la maison sécurisée grâce à un détecteur de monoxyde de carbone. Gaëlle Alloin, directrice marketing Europe chez Kidde, nous en dit plus.

 

Je gère mon immobilier :

D'où provient le monoxyde de carbone (CO) ?


Gaëlle Alloin : Le monoxyde de carbone est produit par des appareils à combustion, dont la combustion est incomplète. Comme une voiture par exemple. Dans la maison, ce sont les cheminées, poêles, inserts, chaudières à gaz, fioul, bois, charbon, chauffe-eau... Les plus dangereux sont les poêles d'appoints. Avec l'augmentation des prix de l'énergie, de plus en plus de foyer utilisent ces chauffages d'appoint, souvent anciens et mal entretenus, d'où des risques accrus.

JGMI :

Le monoxyde de carbone est-il dangereux ?


GA : Le monoxyde de carbone est inodore et incolore, ce qui le rend donc plus dangereux que le gaz naturel par exemple, que l'on peut sentir et donc réagir. Par contre, pour ce qui concerne le monoxyde de carbone, une personne ne peut pas le sentir ou le voir, donc ne peut pas le détecter. D'autant plus que les symptômes d'un empoisonnement peuvent être confondus avec un état grippal, courant pendant l'hiver [nausées, maux de tête, fatigue..., ndlr]. On compte environ 1 000 empoisonnement par an, particulièrement durant la période de chauffe, de septembre à avril. Dans les cas les plus graves, selon la durée d'exposition et la concentration du gaz, l'empoisonnement peut entrainer la mort.

JGMI :

Comment éviter les risques ?


GA : Tout d'abord, il faut agir en amont, en entretenant les matériels de chauffage, grâce au ramonage et à l'entretien annuel notamment. D'autre part, il faut aérer chaque jour la maison au moins 10 minutes, même en hiver. Ensuite, pour maîtriser le risque, il faut pouvoir détecter le monoxyde de carbone. Seul un détecteur peut vous alerter lorsque le taux de CO est trop élevé. Grâce à une cellule électro-chimique, il vous alerte lorsqu'un certain seuil est dépassé. Lorsque l'alarme se déclenche, il faut ouvrir les fenêtres, évacuer les lieux et appeler les secours [ 15 ou 112, ndlr].

JGMI :

Où installer le détecteur de CO ?


GA : Le détecteur de CO est muni d'un écran indiquant le taux de CO dans la pièce, il faut donc pouvoir le lire. D'autre part, le monoxyde de carbone est plus lourd que l'air, il stagne donc en bas de la pièce. Le mieux c'est donc de fixer le détecteur sur un mur, au niveau des yeux, entre 1,50 et 2 mètres. Il faut aussi pouvoir entendre vite l'alarme, donc choisir un emplacement dans les pièces à vivre ou le couloir qui mène aux chambres. Enfin, pour éviter les fausses alarmes, ne fixez pas le détecteur trop près de l'appareil qui peut émettre du CO, laissez une distance de 1 à 1,5 mètres entre le chauffage et le détecteur.

Pour en savoir plus :

Kidde

Perrine Roux - Je gère mon immobilier
Publié le 23/10/2012 à 13:00

Haut de page   Imprimer Envoyer Partager :

L'information immobilière
RSS